J’ai été interviewé sur ma pratique de l’hypnose

Une thérapie pour changer

Publié le 26 septembre 2019 par Pion Denise
 

L’état hypnotique amène une personne à être plus reliée à ses besoins, à ce qui est réellement important pour elle et à s’autoriser à changer plus rapidement et simplement. Il va permettre d’agir sur des problématiques telles que le stress, l’anxiété, les troubles du sommeil, l’addiction, la prise de poids, la dépression, les phobies… L’hypnothérapie est utilisée afin de mettre à jour certains apprentissages du passé, certains conditionnements afin de dépasser des comportements automatiques, des habitudes.

Thomas Mézières est praticien en Hypnose Ericksonienne. Consultant en cabinet lors de séances individuelles, il nous parle du fait que les symptômes éprouvés sont liés à l’expression du corps indiquant que certains moments vécus ne se déroulent pas comme nous le souhaiterions intimement.

Cet ancien ingénieur en sécurité informatique attiré par le rapport humain, la communication, verbale et non verbale, le fonctionnement du cerveau et surtout l’entraide, a choisi d’exercer la thérapie par l’hypnose afin de permettre à chacun de dépasser certaines situations difficiles. La solution se trouve en eux. Il suffit juste d’être guidé.

 

 

 

Thomas, quelles sont les plus grandes différences que l’hypnothérapie a apportées dans votre vie?

Plus jeune j’étais assez réservé et je parlais rarement de ce que je pouvais ressentir, donc plusieurs situations me semblaient bloquantes voire sans issues. L’hypnose m’a grandement aidé personnellement, c’est également ce qui m’a permis de m’autoriser à pratiquer pleinement cette activité professionnelle. Plus concrètement, mon rapport aux autres, mais aussi le rapport à moi-même me semble plus apaisé, le champ des possibles s’est élargi, comme si des peurs anciennes avaient disparu. Évidemment le fait d’aller pratiquer mon activité professionnelle avec autant de plaisir que d’autres activités personnelles, ajoute une dimension de joie à la vie en général.

 

Comment faites-vous pour mettre vos patients en confiance ?

Ce qui me semble déterminant c’est le rapport humain : le fait d’être sincère, authentique et transparent sur la démarche de la thérapie par l’hypnose d’une part, mais également concernant qui je suis, par quoi je suis passé, etc. permet à l’autre de s’autoriser à s’ouvrir, à s’exprimer… En somme plus on est soi-même, plus l’autre l’est également. De plus, prendre un temps pour répondre aux questions et clarifier les aspects qui en ont besoin : sur le fonctionnement du cerveau, sur le changement, l’hypnose… jusqu’à ce que le patient puisse ressentir qu’il peut être vraiment lui-même avec ses forces et ses faiblesses. Ce qui est aussi très rassurant, c’est qu’il est tout à fait possible que j’accompagne des personnes pour les aider à dépasser des moments difficiles du passé sans que je ne sache de quoi il s’agit.

 

En quoi l’hypnothérapie est-elle différente d’une séance chez un psychologue clinicien ?

Je ne suis pas psychologue clinicien et à ce titre je peux seulement m’exprimer à propos de ma façon de pratiquer de l’hypnose. Il s’agit d’une thérapie brève, je vois donc les patients pour un nombre restreint de séances, plutôt espacées dans le temps (plusieurs semaines). Au fil du temps, nous mettons en place inconsciemment des comportements, des façons d’agir et de nous protéger. Ce que nous nous disons de nous-même et ce que nous imaginons que les autres pensent ou attendent de nous, sont aussi appris avec nos expériences de vie. Et ce depuis si longtemps, qu’on pense souvent qu’ils sont inhérents à notre nature propre et donc inchangeables.

À son rythme le patient va mettre en place des manières d’être ou d’agir, une vision de soi ou du monde… qui soient plus adaptés à la vie qu’il mène aujourd’hui.

Si je devais résumer la manière dont je travaille, je dirais que j’accompagne le patient pour :

– redécouvrir ses fonctionnements internes responsables du motif pour lequel il consulte,

– prendre conscience que ces fonctionnements ont été mis en place pour palier, se protéger, se construire face à certaines situations du passé difficiles à vivre physiquement ou émotionnellement,

– enfin lui permettre de les mettre à jour pour qu’ils soient plus cohérents, plus adéquats avec sa vie actuelle.

 

Quelle est l’idée reçue la plus courante sur l’hypnose ? Pensez-vous que cela puisse être un frein au fait d’approcher un hypnothérapeute ?

Les idées reçues encore assez présentes à propos de l’hypnose concernent l’imaginaire lié à cette pratique. L’hypnose par laquelle on pourrait être manipulé à notre insu avec un regard et une voix envoûtante, ou encore l’hypnose réservée à une partie « réceptive » de la population… La plupart des gens sont malgré tout conscients que la pratique thérapeutique de l’hypnose est bien différente de cette vision romanesque. Dès lors que l’on comprend qu’il s’agit de reprendre le contrôle sur une partie de soi, de se « dé-hypnotiser » de conditionnements protecteurs inconscients, on se rend compte que l’hypnose est un merveilleux outil pour atteindre ses objectifs de changement. On découvre alors que l’autorisation à lâcher-prise vient de soi et qu’on est le seul capable de faire le nécessaire.

 

 

Voir l’article : https://www.prontopro.fr/blog/une-therapie-pour-changer/

Fermer le menu